Retour à la liste de résultats

« Indexation et visibilité des ressources pédagogiques : un enjeu pour la valorisation du patrimoine pédagogique des établissements d’enseignement supérieur »

Collectivite Auteur : Sous-direction des technologies de l'information et de la communication pour l'éducation
Année de Publication : 0
Type : Actes de congrès / Séminaire / Atelier
Thème : Indexation
Langue : FR

Résumé/Extrait :

Ouverture

Gilles FOURNIER (Ministère de l'éducation nationale / SG / STSI)

Cette rencontre s’inscrit « dans un cycle de trois séminaires de travail, dont le premier s’est déroulé en janvier sur la balado-diffusion avec 70 personnes », commence Gilles Fournier, chef du service des technologies et des systèmes d’information au ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. « Après celui-ci, sera organisé par la suite un séminaire sur la promotion et la diffusion des ressources numériques pour rendre leur utilisation beaucoup plus large. La question de la propriété intellectuelle sera alors abordée ».

Aujourd’hui, sept UNT (universités numériques thématiques) sont créées. Plusieurs d’entre elles sont très engagées dans les processus de recensement, d’indexation, de mise à disposition et de valorisation des ressources pédagogiques. Comment produire des ressources inter opérables faciles à mettre à jour ? Comment les rendre accessibles au travers des ENT (environnements numériques de travail) ? La SDTICE a souhaité encourager les UNT pour qu'elles travaillent ensemble à la résolution de ces questions dans le cadre de groupes de travail transversaux dont l'animation est confiée à une UNT. Toutes les UNT y participent et ces groupes se sont élargis aux représentants des UNR et des établissements qui ont les mêmes préoccupations. Il faut noter l'apport essentiel des services communs de documentation (SCD), partenaires actifs de ces groupes.

L'articulation UNT - UNR est indispensable, elle doit se concrétiser dans les établissements. En effet, les services offerts par les UNR dans le cadre des ENT (Espace Numérique de Travail) des établissements et les ressources thématiques valorisées par les UNT sont au coeur de la problématique du partage des ressources. Les ressources pédagogiques sont au centre des liens à tisser entre ces projets, de l’établissement jusqu’au niveau international offert par les actions de coopération des UNT. Pour cela, une déclinaison du groupe indexation, a été créée spécifiquement en début d'année afin d'avancer rapidement sur des recommandations sur l’usage des champs et balises de la norme LOMFR dans l'enseignement supérieur et sur les vocabulaires. Un autre groupe travaille sur les dispositifs et outils facilitant la production et la mutualisation des ressources par les enseignants : analyse des outils de création ; guides de bonnes pratiques ; modalités d'accompagnement des enseignants. Un troisième groupe, le plus ancien, travaille sur le dépôt des documents sur des portails d'archives ouvertes moissonnables pour les ressources pédagogiques.

Gilles Fournier souligne que le travail sur les normes et standards, sur les métadonnées, sur les outils de gestion des ressources numériques s'inscrit dans la durée. Depuis 2001, la SDTICE soutient les travaux de l'AFNOR dans le domaine des TIC pour l'éducation et la formation. En 2003, la sous-direction avait organisé un séminaire à l'INSA de Lyon sur les normes, standards et métadonnées, dont les actes sont consultables sur Educnet (www.educnet.education.fr/tech/normes/seminaire-lyon-cr.htm).

« Nous sommes tous motivés par une même préoccupation : assurer la valorisation et la pérennité des contenus numériques pédagogiques des établissements, ce qui contribue à leur visibilité internationale », poursuit Gilles Fournier. Gilles Fournier met l’accent sur la dimension indispensable de « partage » car « on produit pour soi mais aussi pour les autres ». L'enjeu est également de « donner l’accès à distance et d'assurer la lisibilité de l’offre de ressources numériques au niveau international en respectant les règles du numérique : interopérabilité des systèmes, gestion des droits, utilisation d’un vocabulaire commun. Mais, souligne Gilles Fournier, la technique n’est pas tout : il faut organiser une véritable stratégie pour mettre en place une politique dans les établissements, pilotée par les équipes de direction, en associant les enseignants. Ceux-ci doivent coopérer pour renforcer la démarche traditionnelle, qui est de fournir aux étudiants des références de l’offre éditoriale et la compléter en développant des ressources numériques de qualité, bien signalées.

Gilles Fournier insiste sur la nécessité d'articuler l’offre de formation avec les ressources associées, et de faire la place aux ressources pédagogiques des partenaires », par l’intermédiaire des plates-formes existantes pour relier la formation initiale, la FOAD et la formation tout au long de la vie. Il encourage les participants à « travailler à un accès facilité aux ressources inter-établissements" par un "partage des ressources avec une fédération des contrôles d’accès ». Cela suppose des plans d'action coordonnés à plusieurs niveaux : UNR, UNT et au sein des établissements.

Il est important de mettre en oeuvre la mutualisation de ressources de qualité grâce à la collaboration entre les différents partenaires et une action d’accompagnement des enseignants dans les processus de production, de gestion des droits, etc. Par le biais d’une stratégie globale, la mise en oeuvre d’une politique d’établissement permettra d’offrir une plus grande visibilité des contrats. Gilles Fournier rappelle par ailleurs que la "feuille de route" du S3IT (Schéma stratégique des systèmes d'information et des télécommunications) comporte pour l’enseignement supérieur des éléments et des initiatives pour mettre en oeuvre les politiques nationales.

Gilles Fournier ajoute que le LOMFR est désormais une norme, dont la mise en application nécessite un travail partagé, ce qui est en cours dans les groupes de travail mis en place dans l'enseignement supérieur. Un exemplaire de cette norme LOMFR sera adressé aux universités (un exemplaire au format PDF sera adressé par mail aux directeurs de services communs de documentation) ainsi qu'à chacune des UNT et UNR.

Gilles Fournier situe ce séminaire dans le cadre des actions de la SDTICE qui visent à développer des usages en incitant à l’indexation en LOMFR, à la mise en ligne des ressources via des portails OAI, à l’usage de technologies interopérables, et à la mise en commun des pratiques par des cycles de séminaires (dont celui-ci fait partie). Selon lui, ce séminaire sera l’occasion de relever les attentes et les propositions de tous les partenaires réunis. Grâce à ces éclairages, il sera ensuite possible d’élaborer des guides de bonnes pratiques et un guide de mise en oeuvre du LOMFR.

Gilles Fournier termine en annonçant que ces actions seront prolongées par d’autres travaux et déclare le « projet de réitérer en 2008 le colloque international sur l'université numérique qui s'est déroulé en 2006 » (www.canal-u.fr/ciuen).

Traduire le résumé vers :
Recherche

Recherche

Recherche avancée
Navigation par

Navigation par :

Filtrer votre recherche

Sélectioner un domaine *

Sélectionner une thematique

Sélectionner une rubrique

*Champs obligatoires
Chercher sur Abhatoo avec Google :