Invitation au sondage de satisfaction des usagers du Centre National de Documentation
Retour à la liste de résultats

Gouvernance, qualité institutionnelle et développement économique : Quels enseignements pour le Maroc ?

Auteur : Er-Rahmani Ahlam, Bettah Mounia
Collectivite Auteur : Ministère de l’Economie et des Finances. Direction Des Études et des Prévisions Financières
Année de Publication : 2018
Type : Etude
Thème : Etat – Politique
Couverture : Maroc

Résumé/Sommaire :

La gouvernance des institutions figure parmi les clés d’entrée incontournables en matière de développement économique. Plusieurs travaux d’analyse théorique et empirique ont clairement mis en relief que la qualité de la gouvernance institutionnelle figure au rang des leviers clés qui favorisent une croissance économique à la fois durable et inclusive. C’est ce que corroborent, d’ailleurs, quelques expériences internationales pertinentes en la matière.
La présente étude s’inscrit dans cette perspective. Elle s'appuie sur des modèles économétriques, intégrant un échantillon de 94 pays dont le Maroc, pour mettre en évidence la relation entre la qualité institutionnelle et la performance économique. Les pays de l'échantillon ont été regroupés en trois groupes, selon leur niveau de revenu (élevé, intermédiaire, faible) et ce, dans le but de déceler l'effet différencié de la gouvernance sur leurs performances économiques respectives, tout en repérant les mécanismes de transmission y afférents.
Les analyses élaborées dans le cadre de cette étude ont, ainsi, clairement montré que l’édification d’institutions fortes et l’ancrage aux principes de la bonne gouvernance constituent des paramètres clés pour impulser durablement le processus de développement économique d’un pays. Au-delà du gain économique net qui en résulte, le relèvement conséquent de la qualité de la gouvernance institutionnelle suscite des effets de second tour beaucoup plus importants et ce, en concourant au retissage du lien social et au renforcement de la confiance dans sa double dimension : interpersonnelle et institutionnelle. Ces deux facteurs constituent à juste titre des leviers essentiels pour conforter les bases d’un vivre ensemble harmonieux.
Dans le contexte marocain, les réformes multidimensionnelles menées par le Royaume au cours des deux dernières décennies, impulsées par la réforme constitutionnelle de 2011, lui ont permis d’enregistrer des avancées appréciables en la matière, l’érigeant en modèle pour sa région. Ces avancées aussi encourageantes soient-elles ne devraient pas pour autant perdre de vue un certain nombre de défis importants à relever par le Maroc pour mobiliser pleinement le potentiel de son développement institutionnel. Des actions vigoureuses devraient être déployées particulièrement pour ce qui est de la généralisation de la mise à niveau de l’administration publique, de la coordination étroite entre acteurs, de l’amélioration de la transparence de l’information sur la qualité des biens et des services au même titre que la promotion de l’innovation et le renforcement de la sécurité des transactions et des contrats.
Ces défis ont été, d’ailleurs, mis en exergue dans les rapports élaborés par quelques institutions internationales et nationales (Banque Mondiale, Organisation pour la Coopération et le Développement Economiques, Conseil Economique, Social et Environnemental…). Le relèvement de ces défis serait opportun pour élargir les perspectives du Maroc au titre de son développement et lui permettre de s’adjuger un positionnement favorable dans le concert des nations.
Au moins cinq leviers prioritaires devraient être déployés pour susciter une inflexion positive du développement institutionnel du Maroc et optimiser ses performances économiques et sociales :
1- Le parachèvement de l’édification du capital institutionnel et sa fructification , en accordant une attention particulière aux instances chargés de la régulation économique et celles impliquées dans l'intermédiation sociale.
2- L’accélération du processus d’accumulation du capital humain, à travers le recours à une nouvelle génération de réformes touchant les différentes composantes de l’écosystème d’éducation-formation et avec comme socle fondateur le relèvement de l’employabilité, la conformité aux principes de l’équité de genre et l’amélioration de la qualité de santé.
3- Le renforcement de la cohérence des programmes publics et leur indexation systématique sur des mécanismes de suivi et d’évaluation pour s’assurer de l’atteinte des objectifs escomptés.
4- La promotion de la territorialisation des politiques publiques afin de permettre aux régions de mieux planifier leur développement, mettre en valeur leurs atouts intrinsèques dont elles recèlent et contribuer, in fine, à impulser la richesse nationale et à diversifier les ressorts de sa création.
5- L’ancrage du système productif national sur une stratégie de modernisation compétitive rénovée, tout en œuvrant en faveur de la création d’un écosystème d’innovation favorable et corrélé aux priorités de la stratégie nationale de développement.

Traduire le résumé vers :
Recherche

Recherche

Recherche avancée
Navigation par

Navigation par :

Filtrer votre recherche

Sélectioner un domaine *

Sélectionner une thematique

Sélectionner une rubrique

Sélectionner une sous-rubrique

*Champs obligatoires
Chercher sur Abhatoo avec Google :