Invitation au sondage de satisfaction des usagers du Centre National de Documentation
Retour à la liste de résultats

Analyse de la contribution des Investissements Directs Etrangers à l’économie des pays d'accueil : Cas de l’Algérie

Auteur : Guesmia El Hadi
Date de publication : 29/05/2016
Type : Thèse / Mémoire
Thème : Repères du développement économique
Couverture : Algérie

Résumé/Sommaire :

S’inscrivant, aujourd’hui, à l’image de beaucoup de pays en développement (PED), à la fois dans une perspective d’intégration à l’économie mondiale et d’ouverture au capital étranger, l’Algérie avait, contrairement à la méfiance affichée à l’égard de ce dernier, à partir de la fin des années 1980, entrepris un processus d’ouverture et de libéralisation de son économie. La réforme de son système de réglementation relatif aux Investissements Directs Étrangers (IDE) en vue d’en proposer un environnement économique et juridique plus attractif en est plus concluant.
Cependant, dans le contexte actuel de la mondialisation et compte tenu essentiellement du caractère mono-rentier de son économie, l’Algérie se voit condamnée, sous peine d’éviction, à construire les avantages compétitifs de son insertion positive dans l’économie mondiale. En effet, en nous inscrivant dans le paradigme des théories modernes de la croissance, en l’occurrence, la croissance endogène, dans ce travail, nous soutenons l’idée selon laquelle la sortie de la dépendance du pétrole et la diversification de l’économie nationale pourraient se construire dans la diversification des activités industrielles à forte valeur ajoutée (VA) et créatrices de richesses. A ce titre, la participation de l’IDE nous semble plus qu’incontestable.
Celui-ci est, faudrait-il le rappeler, réputé le plus souvent porteur de savoir faire, de technologies avancées et d’une meilleure productivité des facteurs.
En Algérie, notre analyse a montré que les effets des IDE sur l’économie sont peu significatifs et peu perceptibles.
Ce qui serait dû, a priori, à la faible attractivité de l’économie algérienne (un climat des affaires non approprié) , l’absence de cadre institutionnel interne approprié pour orienter l’action de l’IDE, l’absence de régulation au niveau des orientations sectorielles ainsi qu’au régime de participation dans la propriété. En analysant les segments dans lesquels l’Algérie pourrait faire la différence, ce faisant, nous nous sommes efforcés de nous inspirer des expériences internationales, en l’occurrence, le succès du modèle asiatique. Mais force est de constater qu’en dépit des efforts déployés par les pouvoirs publics qui se sont succédés, l’attractivité et le climat des affaires restent à construire en Algérie.

Traduire le résumé vers :
Recherche

Recherche

Recherche avancée
Navigation par

Navigation par :

Filtrer votre recherche

Sélectioner un domaine *

Sélectionner une thematique

Sélectionner une rubrique

Sélectionner une sous-rubrique

*Champs obligatoires
Chercher sur Abhatoo avec Google :