Retour à la liste de résultats

L’azote est plus dangereux que le dioxyde de carbone pour la planète

Collectivite Auteur : Courrier international
Date de publication : 28/01/2006
Type : Etude
Thème : Pollution
Couverture : Maroc
Langue : FR

Résumé/Extrait :

"Prenez cinq personnes au hasard dans la rue, il y a toutes les chances pour qu’elles sachent que le réchauffement climatique est provoqué par des émissions de dioxyde de carbone (CO2). Demandez à cinq autres personnes si elles connaissent les émissions d’azote, il y a de fortes chances qu’elles restent sans voix", raconte l’hebdomadaire britannique New Scientist. Pour un nombre croissant de scientifiques, cependant, l’azote résultant d’activités humaines est un péril que nous ignorons.

Et si nous continuons ainsi, insistent-ils, les conséquences seront bien pires que le simple réchauffement planétaire. La santé de l’homme, la biodiversité, la couche d’ozone et le climat seront affectés. Et, si nous pensions qu’il était difficile de résoudre le problème de la couche d’ozone, celui qui nous attend avec l’azote est bien plus pernicieux. "Les conséquences des émissions d’azote d’origine humaine sont alarmantes, car le lien avec la santé de l’homme est avéré, lien que nous n’avons pas avec le CO2", explique Elizabeth Holland, du Centre national de recherche sur l’atmosphère (INCAR) de Boulder, dans le Colorado.

"En présentant le CO2 comme le coupable du réchauffement mondial, on a laissé passer inaperçu le problème de l’azote", continue le New Scientist. Sans doute est-ce dû au fait que son histoire chimique est souvent plus compliquée. "A l’état de gaz, l’azote est stable et peu réactif.

Mais, s’il est oxydé ou réduit, l’azote donne des molécules, dont les plus connues sont les oxydes d’azote, qui peuvent avoir une multitude d’effets sur l’écosystème terrestre, sur les fonds marins et sur la santé humaine", confirme James Galloway, le directeur de l’International Nitrogen Initiative (INI), basée à l’université de Charlottesville, en Virginie. Pour arrêter le processus, il faut ramener l’azote contenu dans ces molécules à l’état quasi inerte. En outre, à l’échelle mondiale, l’agriculture en rejette cinq fois plus que l’industrie énergétique. Or, très peu de gouvernements sont prêts à demander à leurs fermiers de réduire leur consommation d’engrais.

"Il y a bien une solution radicale au problème soulevé par la présence d’azote réactif, mais elle ne va pas faire plaisir. Il s’agit de renoncer purement et simplement à notre société de consommation", avance Brian Moss, professeur de botanique à l’université de Liverpool. "Cela ne se fera pas volontairement, mais on y sera forcé sous les effets combinés des changements climatiques, de la fin du pétrole, de la démographie galopante, du problème des réfugiés économiques et environnementaux. Si vous avez aujourd’hui moins de 30 ans, et peut-être même moins de 40 ans, je pense que vous devez vous préparer à traverser des moments difficiles", conclut Brian Moss.

Traduire le résumé vers :
Recherche

Recherche

Recherche avancée
Navigation par

Navigation par :

Filtrer votre recherche

Sélectioner un domaine *

Sélectionner une thematique

Sélectionner une rubrique

Sélectionner une sous-rubrique

*Champs obligatoires
Chercher sur Abhatoo avec Google :