Le Centre National de Documentation (CND) met en ligne une nouvelle base de données documentaire sur le thème : "E-soutien scolaire".
Retour à la liste de résultats

LE CONFLIT ENTRE AGRICULTURE ET URBANISATION DANS LE PERIMETRE IRRIGUE DE TADLA

Auteur : Abouhani Abdelghani
Année de Publication : 2001
Type : Article
Thème : Ecosystèmes terrestres
Couverture : Maroc

Résumé/Sommaire :

L'urbanisation dans le périmètre urbain de Tadla s'est faite au détriment des terres irriguées situées dans cette zone. Cette situation n'est pas spécifique à ville de Beni-Mellal (qui constitue l'agglomération la plus importante dans cette région) mais concerne tout le réseau urbain qui s'est développé ces trois dernières années et il convient d'en faire une évaluation dans toute la zone. Les enquêtes menées sur le terrain permettent de distinguer trois types d’empiètement sur le périmètre irrigué : les empiètements incontrôlés, les empiètements incontrôlés et les extensions des périmètre des centres urbains.
Les empiètements incontrôlés : Les empiètements incontrôlés se produisaient surtout avant 1986. La consommation des terrains agricoles par les constructions aussi bien à usage d'habitation qu'agricole est estimée à environ 480 hectares, soit une moyenne annuelle de 30 hectares.
Les empiètements contrôlés : Il s'agit des constructions qui ont été soumises à l'avis du ministère de l'agriculture et approuvées par lui depuis 1986. Elles sont d'une superficie moyenne de 250 m carrés et réalisées à un rythme moyen de 2 par semaine. Depuis 1986 jusqu'à 1992 ces types de constructions ont consommé 20 hectares.
Extension des périmètres des centres urbains: Le nouveau découpage communal a eu pour effet une extension considérable des périmètres des centres urbains au détriment des terres à haute potentialité agricole. Le total des superficies empiétées s'élève à 5430 hectares et dont la valeur de la production annuelle est estimée à 42 millions de dirhams. Quant à la valeur des équipements hydro-agricoles endommagés, elle s'élève à 56 millions de DH.
L'urbanisation est ainsi devenue une menace directe au développement agricole local. Souvent les superficies ouvertes à l'urbanisation ne répondent à aucun besoin réel de consommation de l'espace mais obéissent seulement à des logiques spéculatives : la volonté de bénéficier de la rente foncière urbaine au détriment de la production agricole et du développement durable.

Traduire le résumé vers :
Recherche

Recherche

Recherche avancée
Navigation par

Navigation par :

Filtrer votre recherche

Sélectioner un domaine *

Sélectionner une thematique

Sélectionner une rubrique

Sélectionner une sous-rubrique

Sélectionner une sous-rubrique

*Champs obligatoires
Chercher sur Abhatoo avec Google :